www.enchanter.fr

L'expression qui s'épanouie:

Nous avons tous déjà constaté combien il peut être bienfaisant de s'exprimer. Ça permet d'accéder à un sentiment d'harmonie et de bien-être qui se manifeste même dans nos sensations physiques. Le poids que je sentais sur mes épaules est disparu. La compression que je ressentais à la gorge ou à la poitrine s'est dissoute comme par magie. Il est évident qu'une telle expression comporte en soi son propre bénéfice.

Les psychologues humanistes estiment qu'il est primordial d'être habile à reconnaître son expérience à travers ses sensations; il est important d'être attentif aux réactions de son corps, à ses points de tension. Être à l'écoute de ces sensations est important, car ce sont ces indices physiques qui nous donnent accès aux émotions qui y sont liées. C'est en me servant de ces données (sensations et émotions) que je peux identifier clairement mes besoins.

Par exemple: ce matin, avant de partir pour le travail, je remets mon article sur l'expression à mon conjoint, et je lui dis que j'aimerais bien qu'il me fasse part de ses commentaires. En fin de journée, je reviens à la maison. Nous échangeons brièvement sur le "vécu" de la journée. Tout à coup je commence à me sentir triste et déçue, sans savoir à quoi je réagis. Je m'arrête pour ressentir ma tristesse et ma déception.

Assez rapidement je constate que cette tristesse a un sens précis: je suis déçue que mon conjoint ne me parle pas de mon article. J'imagine alors que ce n'est par très important pour lui. J'en suis bien déçue et peinée parce que je tiens à être reconnue et appréciée dans mon travail, particulièrement par lui.

Pour répondre adéquatement aux besoins que j'identifie il est essentiel de poser les actions adéquates. Dans l'exemple ci-dessus, il est très important d'identifier ma tristesse et ma déception. Cependant, si j'en reste là, ces émotions nuiront tôt ou tard à ma relation avec mon conjoint. Cet événement contribuera à développer ce que Michelle Larivey appelle "Les noeuds dans nos relations". Mon propre niveau de satisfaction et de bien-être personnel en sera également affecté.

C'est ici que l'expression épanouissante prend tout son sens. Il s'agit d'une forme d'action privilégiée qui permet d'affirmer et de communiquer nos besoins et ainsi de parvenir à les satisfaire. Dans l'exemple ci- haut, il est bien important de faire part de mon besoin à mon conjoint. Mais ce n'est pas pour qu'il accepte de le prendre en charge. La raison principale de cette expression c'est que le fait d'en parler est déjà une façon d'y répondre en me donnant l'importance que je recherche.

Tenir compte de ce besoin en le prenant en charge complètement dans les différentes étapes de mon processus est une façon concrète de m'assumer. Lorsque je m'ouvre ainsi, je m'épanouis en me montrant totalement moi-même: à la fois vulnérable et affirmative de mes besoins. J'ose sortir de l'image protectrice que je m'étais bâtie pour me montrer authentique et vivre "au grand jour", en toute liberté!

Qu'est-ce qui fait qu'une expression peut parfois être épanouissante et nous permettre de nous assumer alors qu'à d'autres moments, nos expressions sont inutiles ou même nuisibles?

Voici deux exemples qui illustrent ces situations.

1. L'exemple d'une expression épanouissante: Les amies Juliette et Lucie

Ce sont des amies intimes. Lucie est très expressive et extravertie. Juliette est plutôt l'opposée de Lucie; c'est souvent elle qui écoute. Mais elle suit depuis quelques mois une thérapie dans laquelle elle apprend à s'affirmer davantage et s'aperçoit que le fait que Lucie prenne autant de place dans leur relation la frustre de plus en plus. Elle constate avec tristesse que ce sentiment de frustration l'éloigne graduellement de son amie.

Elle décide alors de parler à Lucie de son insatisfaction et de son désir d'être écoutée. Lucie se montre réceptive et compréhensive. Juliette aussi demeure ouverte aux réactions de Lucie qui lui exprime sa déception devant le fait qu'elle est souvent peu expressive.
La tendance de Lucie à prendre beaucoup de place ne sera pas changée instantanément par cette mise au point. Cependant, la détermination de Juliette à prendre plus de place et sa façon claire de le faire savoir lui permettra d'être plus satisfaite par rapport à ce besoin. On peut dire que cette expression aura eu un effet épanouissant pour Juliette.

2. L'exemple d'une expression destructrice: Les frères Pierre et Richard


Deux frères Pierre et Richard ont été partenaires dans une usine de meubles pendant cinq ans. Pour diverses raisons, ils décident de mettre fin à leur association et Pierre demeure seul propriétaire de l'entreprise. Cependant Richard continue de se comporter comme s'il en faisait encore partie. Il se sert de l'atelier en dehors des heures de travail, sans en informer Pierre. Et lorsque celui-ci décide de faire des heures supplémentaires, il est confronté au fait que son atelier est occupé. Richard de plus, continue de facturer l'huile pour l'usage de sa résidence, au nom de l'entreprise.

Pierre est bien en colère par rapport à ces comportements qu'il trouve injustes. Mais il refoule ses sentiments parce qu'il ne sait pas trop comment le dire, parce qu'il tient à ne pas faire de chicane. Surtout, il craint de déplaire à son père et aussi d’être rejeté par lui. Car son père a toujours proclamé bien haut, "qu'une famille, ça ne se chicane pas!"

Mais un jour, alors que Pierre arrive à son atelier pour y travailler et que Richard s'y est installé avant lui, sans le prévenir encore une fois, il éclate! N'en pouvant plus après toutes ces années de frustrations accumulées, il se vide le coeur en insultant Richard et en le traitant de tous les noms! Richard répond sur le même ton: il fait à son frère tous les reproches qu'il a accumulés à son endroit depuis leur association. Et il dévoile même les véritables raisons de son abandon de l'entreprise, et pourquoi il continue de profiter de l'atelier à son insu.

Après deux heures d'une intense bataille verbale, chacun des deux frères se retrouve déçu et blessé. Même s'ils se sentent aussi soulagés et libérés d'avoir enfin parlé! La seule possibilité qui reste alors c'est la rupture, au moins temporaire. Car chacun se retrouve trop souffrant et en colère pour prendre le risque d'être blessé à nouveau et peut-être aussi d'éclater encore. Et Pierre reste bien inquiet de la réaction de son père, lorsqu'il apprendra ce qui s'est passé entre ses deux fils. Nous avons ici un exemple d'une expression destructrice.

Qu'est ce qui fait que dans un cas on assiste à une expression épanouissante alors que dans l'autre c'est un échec total? Dans l'exemple qui tourne mal, il s'agit d'un type d'expression qui vise surtout un soulagement. Le souci de s'assumer est tout à fait absent. Chacun a plutôt tendance à rendre l'autre responsable de ses frustrations et il cherche à s'en libérer en blâmant l'autre. C'est tout le contraire de ce que les amies Juliette et Lucie ont fait.

Le but de cet article est justement d'expliquer comment on peut s'exprimer d'une façon épanouissante. Il permettra de comprendre les principes à respecter pour y arriver. Quoi dire? A qui le dire? Comment le dire? Comment garder l'ouverture nécessaire pendant l'expression?

Avant de répondre à ces questions cependant, il m'apparaît important de clarifier le fondement principal sur lequel repose l'expression épanouissante: la capacité de s'assumer. Pour rendre cette explication plus concrète, revenons à l'exemple des deux amies.

B- Ça veut dire quoi s'assumer?

On peut considérer que Juliette a réussi à s'assumer, car:

1. Elle a identifié son sentiment de frustration, son agacement devant la grande place que prend son amie dans la relation et devant le peu de place qui lui reste.
2. Elle a reconnu et exprimé son besoin d'être entendue et écoutée par Lucie.
3. Elle a reconnu ce besoin comme important et légitime, assez pour s'en occuper activement en en parlant à son amie.
4. Elle a montré son insatisfaction à son amie, au risque qu'elle se fâche, lui en veuille ou même la rejette.

Une telle démarche permet à Juliette de se respecter dans toute son intégrité. C'est ce qui contribue à la garder vivante. Elle fait alors le choix de répondre efficacement à ses besoins, quitte à ne pas correspondre à l'image que son amie a d'elle.

A quoi lui servira d'être aimée si, pour avoir cette appréciation, elle doit renier ce qu'elle est? Juliette est convaincue qu'elle ne sera bien dans cette relation que dans la mesure où elle saura se respecter et chercher à être satisfaite, autrement dit: s'assumer.

Voyons quelles seraient les conséquences pour Juliette si, incapable de s'assumer, elle avait choisi de se taire? D'abord, sa propre vitalité, c'est à dire sa capacité à rester vivante et ouverte à la vie qui se déroule en elle, en serait affectée, tôt ou tard, au moins dans cette relation. Ou bien elle s'éloignerait petit à petit de son amie, ou bien elle continuerait de subir ces frustrations en "ravalant" ou en exprimant son agressivité, sur différents sujets qui n'ont pas de rapport avec l'origine de ce sentiment.

Sa relation avec Lucie serait de plus en plus insatisfaisante. De plus, si c'est sa façon habituelle de réagir devant les conflits qu'elle rencontre, c'est l'ensemble de sa vitalité qui en serait affectée. A plus long terme, il serait possible qu'elle développe des symptômes de dépression. Car dans ce type de réaction deux éléments sont importants. L'origine de la dépression est souvent due à une mauvaise gestion des besoins de même que le signe du refoulement de l'agressivité. Mais heureusement Juliette a réussi à s'exprimer de façon épanouissante. Elle a été prête à s'assumer, mais la façon dont elle s'y est prise compte aussi pour beaucoup dans le succès de sa démarche. Voyons comment elle a fait.

C- Quoi dire?

Pour qu'une expression soit épanouissante, elle doit avant tout porter sur les principales émotions et sur les besoins actuels les plus importants du moment. Plus concrètement, voyons ce que Juliette à exprimé à son amie.

Elle a parlé essentiellement de la frustration de son désir d'être écoutée. C'est ce qu'elle a identifié comme le principal obstacle à sa relation; ce qui l'empêche d'être confortable dans sa relation avec Lucie. Après avoir bien identifié son expérience, elle a choisi de la faire connaître, telle quelle, à son amie, au risque que celle-ci ne l'accepte pas.

Il aurait été tentant d'y aller de façon plus indirecte et moins risquée. Elle aurait pu, par exemple, se contenter de faire une allusion indirecte à son malaise en lui demandant: "Comment te sens-tu dans notre relation?". Elle aurait pu aussi choisir de rendre Lucie responsable de son problème en l'accusant, en la blâmant d'être inapte à une relation.

Mais elle a choisi, au contraire, d'agir de façon responsable par rapport à son insatisfaction en l'identifiant correctement, en la faisant connaître à son amie et en assumant pleinement le risque d'une telle expression. C'est en agissant ainsi, c'est à dire en étant complètement elle-même, qu'elle peut en retirer un effet épanouissant.

D- À qui le dire?

Il est parfois soulageant et moins risqué de se laisser aller à "chialer" avec un bon ami plutôt que de s'adresser à la bonne personne. Cependant, si on veut s'assumer dans l'expérience qu'on vit, c'est à la personne concernée qu'il faut s'adresser!

Comme c'est dans notre relation avec elle que l'on est touché, c'est à elle qu'il s'agit de dire et de montrer ce qu'on ressent. C'est par rapport à cette personne qu'il est important d'assumer ce que l'on ressent et ce dont on a besoin.

Il n'est pas toujours possible, cependant, de s'adresser à la personne concernée. C'est le cas lorsque cette personne est décédée ou lorsqu'elle est dans un état qui la rend inatteignable (comme dans certaines maladies physiques ou mentales). Mais alors, même si elles sont inaccessibles, on peut continuer de vivre des sentiments "inachevés" par rapport à ces personnes. Il est alors utile de trouver d'autres situations semblables pour travailler à se dégager de ces conflits.

1- Lorsque la personne concernée n'est pas disponible (trop loin, décédée, psychologiquement inatteignable).

On peut alors faire une expression par "simulation". C'est une technique souvent utilisée dans le bureau du psychothérapeute (mais on peut aussi s'en servir tout seul dans son salon). Il s'agit alors de s'imaginer qu'on est en présence de la personne concernée, et de lui parler comme si elle était vraiment présente.

Pour que cette méthode soit efficace, il est important de prendre le temps d'imaginer vraiment la personne comme si elle était présente. Il faut aussi, pour bien réussir un tel exercice, être bien en contact avec les émotions qui sont présentes, avec toute leur intensité. Un simple exercice intellectuel n'est pas satisfaisant car cette expression doit être réelle, même si la situation est en partie imaginaire. Il s'agit avant tout d'exprimer des émotions!

Ce genre "d'expression-simulation" est un bon exercice pour se préparer à une véritable expression avec la personne concernée. Ça permet de se préparer graduellement afin de mieux réussir. Car souvent les expressions importantes sont difficiles à faire et on ne peut pas être certain de les réussir du premier coup. Il vaut mieux être bien préparé!

Ecrire une lettre (qu'on garde pour soi ) peut aussi être une méthode d'expression utilisable dans le cas où la personne concernée est inatteignable. Comme l'expression-simulation, cette méthode peut aussi servir d'exercice préparatoire avant de rencontrer la personne à qui on veut s'adresser.

2- La difficulté de l'expression avec les proches.

Ces expressions importantes auxquelles je réfère concernent surtout les personnes les plus importantes de notre vie comme nos proches, nos parents, nos amis, nos amoureux. À cause de leur importance privilégiée, le risque d'être délaissé ou même rejeté par ces personnes devient beaucoup plus grave. Il est donc tout à fait normal de trouver ce type d'expression plus difficile, surtout parce que nous avons l'impression d'être démuni ou sans ressources devant ces proches. Nous leur attribuons un pouvoir considérable sur nous. Arriver à s'affirmer vraiment devant eux, c'est la meilleure façon de récupérer ce pouvoir. C'est ce qui nous permet de devenir adulte, en pleine possession de nos moyens.

Dans l'exemple des deux frères Pierre et Richard, nous avons ici un bon exemple de comment le désir de Pierre de s'exprimer est refoulé par la peur d'être rejeté de son père. Il semble ici, qu'il est plus important pour Pierre d'être accepté de son père, que de se respecter lui-même en assumant complètement les insatisfactions et les injustices qu'il vit avec Richard.

Dans le cas de Pierre, devenir adulte et en pleine possession de ses moyens impliquerait qu'il soit prêt à assumer ce qu'il vit avec Richard en le lui exprimant clairement, même au risque que son père ne soit pas d'accord. Il serait important pour lui également d'être conscient de cette peur, et de lui faire de la place en l'exprimant à son frère. Car cette peur fait aussi partie de son expérience, et il se doit d'en tenir compte pour que son expression soit complète.

3- Lorsque je réagis intensément à une personne peu importante dans ma vie.

Il existe une autre situation où il n'est pas nécessaire de s'exprimer devant la personne concernée. Il s'agit du cas où la personne concernée n'est pas vraiment une personne importante dans ma vie. Elle prend de l'importance par exemple seulement parce qu'elle me rappelle fortement une autre personne avec laquelle je suis en conflit. Dans ces circonstances, ce n'est pas vraiment à cette personne que s'adresse mon expression. Il est plus utile alors d'investir mon énergie auprès de la personne qui importe vraiment, celle à laquelle je réagis en fait.

E- Comment le dire

Ici, le plus important c'est d'être vraiment fidèle à mon expérience dans la façon dont je l'exprime, dans l'insistance que j'y apporte et dans les gestes que j'utilise. Ainsi, le ton avec lequel je m'exprime peut faire ressortir l'importance que j'accorde à mon expérience ou peut la dissimuler. Par exemple, même si j'arrive à dire les mots justes, mon message ne sera pas entendu et il ne sera pas satisfaisant si je m'exprime sur un ton neutre, comme si je parlais d'une chose anodine. Cette expression ne sera pas utile, car elle ne traduira pas adéquatement mon expérience réelle. Elle ne me permettra pas d'assumer vraiment ce que je vis.

Par exemple, si Pierre avait exprimé tout gentiment à son frère Richard, sa déception qu'il occupe son atelier lorsqu'il en a de besoin."Tu es encore là...je pensais venir travailler également..." Son message n'aurait pas tellement eu de poids. Mais si il lui avait dit la même chose fermement en ajoutant: "Je ne peux plus accepter que tu occupes mon atelier comme si tu en était encore propriétaire! Ca me met en colère d'être ainsi brimé et non respecté dans ma propriété!" Le ton de ce message serait sans doute plus adéquat, pour la compréhension de Richard mais surtout pour la satisfaction de Pierre.

Reprenons l'exemple des deux amies: si Juliette avait simplement "fait sentir" à Lucie son désir d'être écoutée, si elle s'était contentée d'allusions vagues comme "on sait bien, pour toi c'est facile de parler..." et si elle l'avait fait sur un ton presque gentil, on ne pourrait pas parler "d'expression épanouissante". Le problème, c'est qu'en s'exprimant de façon aussi indirecte, Juliette n'assume pas vraiment l'importance de son désir; elle n'est pas prête à montrer toute l'importance qu'elle y accorde.

F- Demeurer ouvert pendant mon expression

Pour que mon expression soit épanouissante, il est aussi important de demeurer vivante pendant que je la fais. Je dois demeurer fidèle à ce que je ressentais au moment où j'ai décidé de parler, mais aussi réceptive aux nouvelles émotions qui apparaissent au fur et à mesure que je m'exprime, et que mon interlocuteur répond. Ça demande donc une disposition contraire à celle de la personne qui, devant une expression importante et difficile, prend son courage à deux mains, se durcit et "fonce" sur son interlocuteur.

Il est évidemment important d'avoir bien identifié au préalable les aspects importants de ce que je vis dans la situation: mes émotions et les insatisfactions en cause. Mais il est tout aussi important de demeurer ouvert au mouvement en cours entre mon interlocuteur et moi, pendant cette confrontation. Les réactions de mon interlocuteur vont nécessairement changer ma perception de la situation et ainsi influençer mon expérience émotive.

Par exemple, lorsque je suis triste que mon conjoint ne me fasse pas de commentaire sur mon article, ma réaction émotive sera peut-être modifiée s'il m'explique qu'il a simplement oublié de m'en parler. Elle pourra même changer radicalement si j'avais imaginé une raison tout à fait différente comme son indifférence ou son opinion très négative sur mon texte.

Dans une telle situation, si je me durcis et je reste accrochée à mon interprétation et à ma réaction initiale, je ne m'assume plus dans la réalité. Je ne suis plus ouverte à l'expérience qui m'habite sur le moment, mais je persiste à défendre une position passée qui a changé rapidement. Même si toutes les autres conditions de l'expression épanouissante étaient respectées, je créerais quand même, par cette fermeture, un obstacle important à la possibilité de m'assumer.

G- Comment vérifier l'efficacité de mon expression

Pour évaluer sommairement le succès de mon expression, il peut être utile de commencer par être tout simplement à l'écoute des réactions de mon corps. Mes sensations pourraient en effet m'aider à voir plus clairement mes émotions à la suite de cette expression.

Mais comme dans l'interprétation des rêves, il est important ici de décoder par nous-même le sens de nos sensations. On ne peut établir une "symbolique universelle" qui viserait à traduire l'expérience de tous.

Par exemple, la même sensation d'épuisement après une expression difficile et intense pourra avoir un sens différent pour Pierre et pour Louise. Ca pourrait être pour Louise le signe qu'elle a réussi à maîtriser chacune des conditions de l'expression épanouissante, et en éprouve une très grande satisfaction. Alors que pour Pierre, sa fatigue pourrait traduire un sentiment d'échec important. Il appartient donc à chacun à décoder le sens propre de sa sensation.

Une fois que j'ai fait cette première vérification générale à partir de mes sensations, je peux chercher à identifier de façon plus systématique ce qui a ou n'a pas bien fonctionné. Il est alors utile de vérifier si j'ai bien respecté chacune des conditions de l'expression épanouissante. J'essaierai donc de répondre aux questions suivantes:

- "Ai-je dit ce qui était important pour moi?"
- "Ai-je respecté l'importance et l'intensité réelle de mon expérience?"
- "Suis-je demeurée ouverte pendant mon expression?"
- "Ai-je parlé à la bonne personne?"

La vérification du contenu de l'expression est particulièrement cruciale. Il faut bien comprendre ici que, lorsque je parle d'exprimer ce qui est important pour moi, je réfère avant tout à ce que je ressens et non pas simplement à dire des choses à l'autre sur ce qu'il dit et fait.

En reprenant l'exemple de Pierre et Richard, voyons comment Pierre aurait pu faire cette vérification:

- Ai-je exprimé comment ça me mettait en colère d'être si peu respecté dans ma propriété par Richard?
- Ai-je exprimé comment je me sens traité injustement lorsque Richard me refile ses factures d'huile alors que je ne veux plus les assumer?
- Ai-je exprimé comment je crains d'être rejeté par mon père si j'ose exprimer ainsi mes insatisfactions?

Si oui, il a réussi son expression du point de vue du "Quoi exprimer".

Ca n'aurait pas été le cas s'il avait dit à Richard: " Tu es un salaud, un exploiteur! Tu penses que c'est à moi de te faire vivre! Je ne veux plus que tu remettes les pieds ici! Tes factures d'huile, tu es mieux de les récupérer parce que je vais les déchirer! etc..."

Les autres aspects de l'expression sont plus faciles à vérifier. La partie précédente du texte devrait permettre de comprendre assez clairement comment s'y prendre.

H- Conclusion

S'exprimer de façon épanouissante, n'est pas un choix accidentel ou isolé. C'est avant tout le choix de la personne qui souhaite vivre sa vie le plus pleinement possible. Ça implique de demeurer ouverte à tout ce qui lui arrive et a un impact sur elle, en tâchant de le gérer et d'en profiter de la façon la plus satisfaisante possible.

On peut y parvenir si on est bien décidé à se connaître profondément dans sa façon d'être et dans ses besoins fondamentaux. Il faut aussi avoir le courage de s'autoriser à être pleinement ce que l'on est, à ses propres yeux, comme à ceux de son interlocuteur. Ça suppose enfin qu'on s'autorise à rechercher la satisfaction la plus complète possible.

Cette forme d'expression nous aide à demeurer disponibles à nos besoins et à vraiment les prendre en charge. Par ce chemin, nous pouvons accéder à une vie de qualité dans laquelle nous jouissons d'une liberté de plus en plus grande.

Musiques

Plan d'accès

Lieux

Ecoutez nos chanteurs

 Cours de chant - Thérapie par le chant - Chant prénatal - Chant corps souffle et voix - Art Thérapie - Stage de chant - Stage thérapie par le chant - Coach Vocal

Association Enchanter - 31460 -  Mascarville

Copyright (c) 1999 ASSOCIATION ENCHANTER. Tous droits réservés.